Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

Extinction, la nouvelle exposition de Mathieu Venon entre ombre et lumière

28 octobre 2021 L'actu locale Arts visuels
Détail exposition EXTINCTION, de Mathieu Venon
© Mathieu Venon
Née presque par hasard de la rencontre du feu et du bois, l’exposition évoque l’alarmante disparition des espèces et in fine de la culture, à travers une esthétique à la fois sombre et lumineuse. Entre pessimisme et espoir d’une renaissance... À découvrir au Centre Culturel Tjibaou à partir du 1er décembre 2021.

L’art de la sérendipité

C’est à travers un geste quelque peu subversif, en jetant au feu d’anciens tableaux détériorés, que Mathieu Venon s’aperçoit de l’incroyable effet de la combustion sur la matière. Léchés par les flammes, les panneaux de bois peints se transforment, laissant naître des formes évocatrices d’animaux et une surface en relief, en creux et bosselures.

Et ce qui devait être un grand nettoyage s’est finalement mué en point de départ d’une recherche artistique. L’artiste récupère ses tableaux noircis et explore ce procédé en faisant flamber d’autres objets. Cette expérience fortuite évoque au plasticien les images tant de fois vues des animaux piégés par les flammes lors des terribles incendies qui ont ravagé l’Australie en 2020. L’idée de l’exposition Extinction émerge alors.

Mathieu Venon poursuit ses recherches en se munissant d’un chalumeau qu’il utilise presque comme un pinceau. Cette technique du bois brûlé, ou Shou Sugi Ban utilisée au Japon depuis des centaines d’années pour protéger le précieux matériau, offre un rendu esthétique saisissant. Il diffère selon les essences consumées et les couleurs pré-existantes. Toute en nuances, la profondeur du noir varie, offrant plus ou moins de reflet. Les œuvres sont texturées, parfois mates ou très brillantes, laissant apparaître le veinage du bois ou formant une croûte calcinée. 

Les travaux exploratoires du plasticien ont d’abord été présentés dans l’exposition Transition à la Galerie Arte Bello fin octobre, avant de s’installer au centre culturel Tjibaou.

Résilience

Si le titre laisse entrevoir peu d’espoir sur le chemin emprunté par notre civilisation, on peut néanmoins y voir un signal d’alerte, à l’image de ce jaune vif omniprésent qui tranche sur les panneaux sombres. Selon Mathieu Venon, « l’extinction des espèces, de la biodiversité, c’est aussi la disparition de la culture des hommes, surtout dans le Pacifique où nature et culture sont intimement liées. C’est également une problématique politique ».

Fruits de l’instinct créatif de l’artiste, les productions sont bien souvent polysémiques et peuvent évoquer tour à tour les questions environnementales planétaires, les enjeux politiques de la Nouvelle-Calédonie, la condition féminine, ou les inégalités criantes à l’échelle du monde…  

Les croix jaunes qui ornent les créations interpellent : simple élément esthétique, signalétique du danger, symbole de stigmatisation ?... « À chacun d’y déceler sa signification », souffle l’artiste pour qui le sens émerge souvent à retardement.

Chaque œuvre est composite, constituée d’un tableau associé à un objet puisé dans la collection personnelle de Mathieu Venon ou bien dans la nature. Il exhume ainsi d’anciennes productions plastiques retravaillées, totalement recyclées ou bien présentées pour la première fois au public, à l’instar de ses deux tableaux peints il y a plusieurs années lors du décès de son père.

IMG_5895- Light.jpg
© Mathieu Venon

L’intime se mêle ainsi à l’universel, à des émotions vécues, ressenties par tout un chacun.

Telle une métaphore de la résilience, l’exposition élaborée avec le feu purificateur, offre une seconde vie à des œuvres et des objets abîmés, ici réparés et réinventés, laissant finalement poindre une lueur d’optimisme à travers un brouillard de morosité.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Extinction, au centre culturel Tjibaou, Salle Kavitara, dès le 1er décembre 2021 et jusqu’en mai 2022. Un cénotaphe sous forme d’une immense fresque en bois brûlé évoquant les animaux disparus sera également visible en case Kanake.

Par ailleurs, une rétrospective sur les dix dernières années de création de Mathieu Venon sera présentée dans le Hall de l'Hôtel de la Province Sud à partir du 6 décembre.

Partenaires

Nos contacts

C/O A.D.C.K - Centre culturel Tjibaou
Rue des Accords de Matignon 
Baie de Tina
BP 378
98 845 Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

Oui, j’accepte de recevoir cette newsletter ! Je comprends que je peux me désabonner facilement et à tout moment.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.