Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

Justice sur les planches

24 juillet 2020 L'actu locale Théâtre
visuel
Douze hommes en colère : une pièce coup de poing qui parle aussi bien des préjugés sociaux et raciaux que de l’incroyable pouvoir de la parole. Ce texte écrit en 1953 par Reginald Rose était en tête de liste de ceux qu’Alain Mardel souhaitait mettre en scène. C’est enfin chose faite…

Le décor est planté : New York dans les années 50. Douze jurés se réunissent à l’issue de trois jours d’un procès épuisant qui juge un jeune adolescent afro-américain inculpé pour le meurtre de son père. La pièce s’ouvre au moment des délibérations. Tous croient en sa culpabilité sauf un. Un huis clos de près de 2h d’une tension plus que palpable. L’enjeu est en effet de taille : les douze hommes ont entre leurs mains le pouvoir de vie ou de mort de l’accusé.

À la question du pourquoi du choix de cette pièce, Alain Mardel, plonge dans ses souvenirs d’étudiant en théâtre. Il aimait alors se rendre régulièrement au tribunal pour assister avec intérêt aux plaidoiries des avocats, et raconte son immense curiosité au moment des délibérations du jury lors de procès d’Assises.

Mais ce qui l’a avant tout conquis, c’est « la fluidité incroyable » de l’écriture et tout le mécanisme qui se met en place. Avec simplicité et justesse, le texte met en lumière ce qu’on pourrait appeler « le miracle de la parole ». Il montre comment les conversations entre ces douze hommes parviennent à instiller le doute dans les esprits et, au fur et à mesure, à faire basculer des convictions à priori inébranlables.

« Oublier le théâtre et penser à la vie »

Alain Mardel a créé sa mise en scène de façon à « toucher quelque chose de très naturel et vivant ». Il a souhaité retranscrire la sobriété des dialogues pour « oublier le théâtre et penser à la vie ». Car c’est bien de ça qu’il est question ici.

Pour le metteur en scène, c’est l’utilisation de l’espace avec douze comédiens présents en permanence sur le plateau qui s’est avérée être le plus grand des défis. Il s’agit là de donner du rythme dans le jeu pour maintenir un suspense et une tension au cordeau dans ce huis clos à l’atmosphère pesante.

Enfin, si la pièce brosse le portrait d’une Amérique des années 50, elle n’en demeure pas moins d’une grande universalité en abordant des sujets aussi brûlants que le racisme, l’injustice, ou les rapports de classes sociales.

Une création qui suscite déjà l’engouement puisque les vendredi 31 juillet, samedi 1er et dimanche 2 août affichent déjà complet ! Une séance supplémentaire dimanche 2 août à 14h.

Infos et réservations au Théâtre de l’Île au 25 50 50.

Partenaires

Nos contacts

C/O A.D.C.K - Centre culturel Tjibaou
Rue des Accords de Matignon 
Baie de Tina
BP 378
98 845 Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

Oui, j’accepte de recevoir cette newsletter ! Je comprends que je peux me désabonner facilement et à tout moment.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

randomness