Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

I&I Mama Earth

8 août 2017 Les articles Musique
visuel

Ne boudons pas notre plaisir : au nom de Mama Earth, titre de son deuxième album, I & I a sorti l'artillerie lourde !

L'escadron, emmené par Fabian Clavel qui cumule les casquettes de multi-instrumentiste, chanteur, auteur et compositeur, nous épate par sa science d'un reggae mélodieux et viscéral... À la suavité des chœurs féminins répond le timbre voilé de Fabian, très imprégné du « style » Harrison Stafford (la voix de Groundation). Les cuivres apportent plus d'ampleur encore à certaines ritournelles déjà bien ficelées (« Mr Busy » par exemple), les lignes de basses et les synthés nous propulsent direct sur Zion (hormis sur « Mama Earth » où ces derniers peuvent être un peu rebutants). Deux featurings ponctuent les onze morceaux en anglais de l'album : « Roots », avec Julia Paul et Marcus Gad, morceau qui de fait se prend un peu les pieds dans les racines sans pouvoir décoller, sur un faux-rythme dub ; et « Live It », porteur de plus de sève, avec le Jamaïcain Kumar Bent du groupe Raging Fyah.

S'il existait un examen de fin d'année à l'Académie du reggae,I & I obtiendrait sans doute les félicitations du jury pour sa maîtrise des références. Mais le tout manque peut-être encore un peu de relief. Le talent des musiciens est tel qu'on aimerait plus de personnalité dans les thèmes abordés et la partition proposée. Ce qu'on retrouve quand, sur « Shark Attack » par exemple, des sonorités atypiques se mêlent à la pulsation roots (flûte traversière, guitare charango originaire d'Amérique du Sud, et piano aux sonorités salsa).

I & I, Mama Earth, Wailing Sounds, 2016

Par Sylvain Derne

Partenaires

Nos contacts

1, rue de la République,
Imm. Oregon, 5ème étage
98 800 Nouméa
Nouvelle-Calédonie
Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

randomness