Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

Le Père de la danse contemporaine en Nouvelle-Calédonie célébré

8 décembre 2020 Endemix Danse
© Éric Dell'Erba
© Éric Dell'Erba
2020 marque les 30 ans de carrière du chorégraphe Richard Digoué et les 20 ans d’existence de la compagnie de danse Nyian. 20 ans que le chorégraphe valorise les mouvements de dizaines de danseurs-ses et œuvre à l’émergence d’une identité artistique « Pays ». Alors, pour célébrer comme il se doit ce double anniversaire, une surprise de taille a été organisée et préparée en secret pendant plusieurs mois par une équipe de danseurs-ses. Avec des complices d’autres horizons artistiques, ils ont créé un spectacle unique, comme un vibrant hommage à celui tendrement et respectueusement surnommé « Père ».

Dimanche 29 novembre 16h45, salle Sisia au Centre Culturel Tjibaou, une assemblée fébrile attend patiemment la venue de Richard Digoué… La salle est quasi comble, remplie d’un public éclectique : proches de Richard, gens de la culture, artistes, amis, famille… Mais le chorégraphe ne sait pas encore ce qui l’attend… Impulsée par Kelly Caihe, danseuse de la compagnie Nyan, la surprise est restée entière durant les nombreux mois de préparation. Avec ce pouvoir fédérateur transmis par le chorégraphe, Kelly, accompagnée de Thomas Hnaissilin, a piloté ce projet de spectacle unique. C’était pour elle une évidence que de marquer ce double anniversaire d’une pierre blanche, car Richard fait partie de ces gens qui au-delà de son travail de chorégraphe, a profondément marqué son parcours, lui ouvrant des horizons nouveaux, lui permettant de se dépasser dans l’expression de la danse, pour elle qui vient du hip hop. De par les messages de ses spectacles, ce « Père » du mouvement l’a bousculée, interrogée, tout en favorisant les rencontres avec des danseurs aux origines et genres différents.

Pour Guillaume Soulard, directeur artistique du Centre culturel Tjibaou, impliqué dans l’organisation de cette surprise depuis le début en tant que représentant de l’agence de développement de la culture kanak (A.D.C.K), il était naturel de s’investir dans ce projet. Partenaire historique de la compagnie Nyian, l’A.D.C.K. lui a en effet commandé ses premiers spectacles il y a 20 ans, et depuis, l’accompagne dans la plupart de ses projets, comme le gigantesque Pomémie en 2010 dont l’A.D.C.K. était copilote. Guillaume Soulard ajoute que « soutenir ce projet fédérateur et porté par des artistes, fait absolument partie des missions de développement de l’A.D.C.K., c’est-à-dire accompagner des initiatives qui (…) offrent une opportunité de rencontre entre les danseurs, les techniques de danses et les techniciens. C’est aussi ce type de projet qui fait des petits et permet à certains artistes de passer de l’autre côté en se révélant comme chorégraphe ou porteur de projets artistiques ».

Retour en salle Sisia… Vers 17h, Richard Digoué fait son entrée parmi un public silencieux. Le rideau s’ouvre sur un solo de Pash dans un extrait de Nyian, la légende, la première création du chorégraphe en 2000. Puis défilent des morceaux choisis d’autres de ses pièces emblématiques parmi lesquelles Popinées, Pomémie, Portraits ou encore Je ne voulais pas mourir. Avec plus d’une vingtaine d’interprètes réunis sur scène, les tableaux sont à couper le souffle.

201129R-Digoue036-Web.jpg
© Éric Dell'Erba

Des interludes théâtrales drôlissimes – mention spéciale à Dimitri Ounémoua de Pacifique & Compagnie parfait dans le rôle de Richard Digoué – ponctuent le show d’un humour bienvenu dans cet océan d’émotions.

Le rendu exprime avec force et éclat le sens du travail entrepris par Richard Digoué durant toutes ces années : tisser du lien, faire germer les graines de talents et donner la parole aux jeunes, aux femmes, à tous ceux qui portent des histoires à raconter avec leurs corps mais aussi avec leurs mots… Pour tous les artistes présents, participer à ce « cadeau » n’était rien moins qu’une évidence. Comme le souligne Juliana Bitton, danseuse sur Popinées, « Père a toujours été là pour nous ». Pour elle, Richard fait partie de ces personnes qui marquent et accompagnent une vie entière. « En lui j’ai trouvé toutes les valeurs que je voulais transmettre. Grâce à lui ma vocation de danseuse interprète a trouvé sa place ici au pays »Nombreux sont les danseurs qui considère ce « Père » comme un guide, une sorte d’exemple à suivre. Parmi eux Abel Naperavoin raconte : « Il a su regrouper, rallier voire unifier des artistes entre eux, comme si ... il avait toute une armée avec lui. J'aimerais plus tard avoir une telle notoriété tout en gardant cette humilité propre de chez nous ». C’est dans cet élan de sincère générosité que cette grande famille artistique a exprimé, à travers cet hommage très émouvant, toute sa reconnaissance à un homme et un artiste discret qui a toujours œuvré pour la jeunesse et le collectif. Voir tous ces danseurs rassemblés, c’est prendre conscience que les graines semées depuis deux décennies par Nyian promettent encore de belles récoltes.

Et celle de 2021 s’annonce prometteuse… La compagnie va proposer au public calédonien l'évènement NYIAN, 20 ANS, avec une rétrospective des spectacles les plus marquants du collectif depuis ses débuts. On a hâte d’y être !

Partenaires

Nos contacts

C/O A.D.C.K - Centre culturel Tjibaou
Rue des Accords de Matignon 
Baie de Tina
BP 378
98 845 Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

Oui, j’accepte de recevoir cette newsletter ! Je comprends que je peux me désabonner facilement et à tout moment.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

randomness