Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

Archipel numérique, première expo d'art... numérique !

20 septembre 2018 Les articles Arts visuels
visuel
Jusqu’au 13 octobre, dans le cocon du Château Hagen, se déploie Archipel Numérique, une exposition d’un genre nouveau et inédit sur le Caillou. Cette première édition rassemblant six œuvres d’art numérique pourrait bien séduire les publics les plus réfractaires aux musées, car à la place des sentencieuses pancartes « NE PAS TOUCHER » on trouve plutôt une invitation à intéragir avec les œuvres, en devenant soi-même créateur.

Un public pygmalion

De prime abord, Archipel numérique est une expo comme les autres. Des œuvres posées dans les pièces du Château, peut-être un peu ronflantes. Mais, en s’approchant plus près, le public voit l’œuvre se transformer, émettre un son ou s’illuminer. Il n’y a pas de magie ! Personne n’est caché derrière vous pour traficoter en cachette : c’est vous qui agissez directement sur l’œuvre !

Bardées de capteurs et de logiciels qui saisissent et interprètent les mouvements des visiteurs, ces œuvres d’art numérique sont vivantes. L’Haptonymphe de Marie Claudel, grande chrysalide suspendue s’enthousiasme quand on la touche. Les bambous gravés de la Flûte enchantée de Will Nerho se dessinent avec le souffle. Les projections de Hugo Verlinde et de Maâ Berriet invitent le spectateur à entrer dans la danse de leur pluie de pixels et à créer, en direct, son œuvre à la force ses mouvements.

Un art en plein développement

Aux détracteurs de l’art numérique, qui pourraient l’opposer aux traditionnels beaux-arts, Henri Gama, commissaire de l’exposition explique que « le numérique est un médium supplémentaire sur la palette des plasticens. L’intervention d’un développeur qui créera le logiciel nécessaire à la réalisation de l’œuvre est tout à fait comparable à la collaboration d’un sculpteur avec un fondeur ou un menuisier ». En 2017, Henri Gama et son association MwâUnesco était à l’orgine de la première formation en art numérique en Nouvelle-Calédonie, menée avec l’agence du Pixel Blanc, représentée par Hugo Verlinde et Mâa Berriet. Douze artistes locaux plasticiens et interdisciplinaires y avaient participé. Marie Claudel, Anne Peytavin, Will Nerho, Fabrice Ballay et Thomas Wachter ont continué l’aventure en menant à bien leur projet artistique cette année.

Des perspectives à l’export ?

L’art numérique calédonien s’inscrit dans un développement mondial et pourrait bien faciliter l’export des artistes locaux. Des territoires proches du Caillou sont déjà bien avancés dans l’acceptation de cet art très contemporain dans les musées, mais aussi dans la société civile, comme en Australie et au Japon. « Chacun de ces pays nourrit un imaginaire numérique spécifique, ajoute Henri Gama. Au Japon, par exemple, l’art est très orienté vers la robotique, héritage d’un développement technologique de longue date. En Calédonie, on voit naître une forte sensibilité autour de la nature et de la culture, comme avec l’œuvre de Anne Peytavin et Fabrice Ballay à propos du corail ou celle de Will Nerho sur la tradition musicale des flûtes kanak. On a une carte à jouer avec cette sensibilité particulière auprès des autres territoires numériques. » Enfin, si les œuvres numériques ont un coût élevé lors de la création, elles peuvent en fonction de leur volume, être facilement transportables avec peu de fret et voyager facilement. A bon entendeur, salut !

Partenaires

Nos contacts

1, rue de la République,
Imm. Oregon, 5ème étage
98 800 Nouméa
Nouvelle-Calédonie
Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.