Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

Kaledonia 3.0 : Le premier festival kanak en France *

7 octobre 2021 Export Oralité
Kaledonia 3.0
Ils sont calédoniens, mélanésiens, polynésiens, métropolitains, métis, quarterons. C’est un groupe multiple, hétéroclite et bigarré, c’est Festin Comm’un, le collectif qui a mis en œuvre KALEDONIA 3.0 sur le plateau du Larzac en Occitanie. Une manifestation culturelle, festive et artistico-politique dédiée à la rencontre, à la création et aux débats pacifiques autour de la question de l’avenir du pays.

Charlotte Desfontaines et Hassan Xulue, coordinateurs du collectif, expliquent que l’évènement a pour but de “ permettre à chacun de comprendre les enjeux autour du référendum d'autodétermination parce que notre pays est divisé de tous bords et aborde difficilement les sujets qui devraient aujourd'hui fédérer l'humanité. Nous voulions absolument réunir les Calédoniens et leur donner un lieu de parole avant l'échéance.” 

Charlotte est métisse kanak, née en France. Maman de trois enfants et entrepreneuse, la jeune femme est très attachée à sa famille et enquête sur l’histoire de son clan pour pouvoir la comprendre et la transmettre. 

Hassan est animateur socio-culturel dans l’âme depuis son adolescence entre la tribu de Muj à Lifou et le quartier de Rivière Salée : « Je suis animé par l’amour de mon pays. Pour une vie meilleure, je prône le mariage des idées, pour construire le pays par le biais d’actions sociales, sportives, artistiques et culturelles. »

Une main tendue

            Festin Comm’un s’est créé en 2020 dans le contexte des trois référendums comme un besoin des Calédoniens expatriés en France de s’engager dans la réflexion politique et sociale du pays. Orienté vers un consensus et une troisième voie, le collectif se réunit et sillonne souvent la France pour aller à la rencontre de « communautés en lien avec leurs terres, avec le vivant, et qui cherchent à construire une solution alternative. » 

Grâce à cette équipe “ riche de personnes compétentes et puissantes qui travaillent dans l’ombre ”, la première édition de KALEDONIA 3.0 a pu voir le jour en France. Un festival qui donne la voix aux artistes, aux chercheurs, aux étudiants et aux visiteurs.“ Un nouveau souffle, un nouveau regard : celui de l’amour et d’une main tendue à tout ce qui nous sépare. ”

Le groupe de réflexion a ainsi défini cinq axes de travail pour amorcer les débats : l’émancipation des peuples, les droits artistiques et culturels, le droit des femmes et des familles, l’écologie et la non-violence. 

Pour accueillir le public, trois chapiteaux,  une scène ouverte, un atelier culinaire et artisanal, un plateau sportif et des espaces consacrés à la parole.

Des performances, des projections de documentaires et des discussions ont eu lieu tout au long de la semaine. Le public scolaire était lui aussi convié à participer à des ateliers de danse, de chant ou d’artisanat pour découvrir des éléments de la culture kanak.

Les spectateurs ont ainsi pu retrouver RESH et son personnage TroTroymeResh ou encore le rappeur ReZa avec un titre créé pour l’occasion, “Référendum Freestyle”. Edouard Waminya installé depuis 17 ans en France et champion du monde 2016 d’improvisation, était lui aussi présent sur scène.

Le festival a permis de découvrir de nouveaux talents comme Marianne Wamejo alias Maylaan et LF Badbad (Franck Guebel) qui ont offert leur premier live lors de l’évènement.  LF est Wallisien d’origine, vit en France depuis toujours et se lance dans le rap, quant à Marianne, elle est étudiante à Poitiers, compose, chante et s’accompagne à la guitare.

“ Rien n'a été facile ”, nous confient Charlotte et Hassan qui ont mis un peu plus d’un an à mettre en oeuvre le festival : “ trouver un lieu, créer une équipe solide, trouver les financements (un projet auto-financé à 80%), convaincre certains artistes de passer dans la lumière et faire accepter que notre collectif soit neutre dans le débat du référendum. (...) Mais les vieux et nos familles sont avec nous depuis le début, ils nous ont guidés et soutenus dans les moments de découragement. »

Le Larzac , ça vous dit quelque chose ? 

            Pour certains, cette région évoque de verts pâturages et des terres agricoles dont les médias ont beaucoup parlé dans les années 70-80. Pour d’autres, c’est le souvenir d’un lien créé avec la Nouvelle-Calédonie et plus particulièrement avec Jean-Marie Tjibaou quand les paysans du Larzac luttaient pour la sauvegarde de leurs terres et que le leader politique était à leurs côtés. En 88, un bout de terre a été donné symboliquement aux kanaks et en ce lieu, qui porte le nom de : La Cazelle, une petite case en pierres surmontée d’une flèche faîtière y est depuis construite. Elle est l'emblème de l’affiche KALEDONIA 3.0 et se situe à 4km de là où s’est tenu l'événement. Pour Charlotte, c’est un “ endroit spirituel, chargé d’émotions et afin de ne pas envahir le lieu, les festivaliers étaient invités à le visiter à leur rythme, s’ils le souhaitaient.

Depuis 2008, la parcelle de terre est officiellement devenue la propriété du sénat coutumier et les visiteurs de passage peuvent y avoir accès tout comme les étudiants calédoniens qui y organisent parfois des rassemblements. Non loin de ce petit bout de terre Kanak en France, l’équipe du premier festival KALEDONIA 3.0 a lancé un appel, et il a été entendu jusqu’ici. Une initiative à saluer et à suivre... Ce troisième souffle, ce Festin Comm’un, nous le partageons avec eux, même de loin !  

 * Projet soutenu par le Poemart

Partenaires

Nos contacts

C/O A.D.C.K - Centre culturel Tjibaou
Rue des Accords de Matignon 
Baie de Tina
BP 378
98 845 Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

Oui, j’accepte de recevoir cette newsletter ! Je comprends que je peux me désabonner facilement et à tout moment.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

randomness