Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

Retour sur... Les rencontres professionnelles sur les enjeux du numérique

7 octobre 2021 Le Poemart Les Actus du pôle
visuel
En août dernier, le Poemart réalisait, en partenariat avec la SACENC, une enquête auprès des créateurs de musique calédoniens sur leur usage du numérique dans le développement de leur projet. Les nombreuses réponses reçues ont mis en évidence bon nombre de questions et un besoin d’accompagnement sur le fonctionnement de cet environnement abstrait...

Comment faire découvrir sa musique quand on sait que 60.000 nouveaux morceaux sont mis en ligne chaque jour ? Comment cibler au mieux sa communauté pour développer sa “ fanbase ” et lui faire acheter in fine sa musique ? Comment apprivoiser les algorithmes pour être référencé dans les playlists ? Comment monétiser et rentabiliser ses activités dans un monde qui change de modèle économique ? 

Pour y répondre, un programme concocté sur mesure : deux soirées, deux rencontres professionnelles avec trois spécialistes de taille et vingt-cinq artistes professionnels en quête de réponses… Début de matinée en France, début de soirée en Nouvelle-Calédonie, chacun devant son écran (confinement oblige) est suspendu aux conseils pratiques des intervenants choisis pour leur expertise du développement de carrière à l’ère du numérique. A l’aide de « slides », de quizz et d’exercices ludiques, ils exposent les enjeux du digital et les outils à acquérir tout en répondant aux interrogations des participants enthousiastes d’en découdre avec cette jungle virtuelle.

Première rencontre : au rythme des algorithmes

Après la présentation par le Poemart des chiffres de l’enquête, Julie Knibbe, de Music Tomorrow, anciennement directrice artistique chez Deezer, explique la logique de l'algorithme et comment créer de l’intérêt chez les utilisateurs des plateformes de streaming grâce notamment au fameux référencement. “Il n’y a pas de recette magique, par contre il y a des erreurs à éviter.” De nombreux conseils pratiques et l’intérêt des participants est palpable ! Même si parfois, certains artistes s’interrogent sur l’authenticité de leur démarche de créateur face à cette mécanique et ces notions de métadonnées. Mais l’Humain est ensuite remis en perspective avec Xavier Collin de WTPL (Woof Trade Publishing Limited), expert en édition musicale, qui expose les métiers de l’industrie musicale et leur interaction dans le digital, tout en replaçant l’Artiste au coeur du processus et en valorisant l’importance de l’équipe qui l’entoure. Oui mais voilà, au niveau local, beacoup de ces professions n'existent pas vu la taille du marché, l’artiste est donc obligé, pour des raisons financières, de cumuler tous les métiers liés au secteur. De ce fait, se pose la question du temps et de l’énergie à fournir en plus de sa production musicale. Certains aimeraient rester à l’écart de ce nouveau mode de promotion, mais est-ce vraiment possible aujourd’hui ?

Comme le rappelle Evariste Wayaridri, directeur de la SACENC, à l’échelle du pays, le numérique ne remplace pas encore les médias traditionnels (tv/radio) mais il considère tout de même qu’il y a des enjeux à ne pas négliger et que les artistes ne peuvent plus se contenter de poster un morceau en ligne sans aller « nourrir » leur profil sur les réseaux et les plateformes. Et pour ça, « l’artiste doit être accompagné ».

Xavier rappelle que la plupart des artistes, où qu’ils soient, commencent seuls et sans environnement professionnel, d’où l’importance de s’entraider, de penser “ collectif ” et de créer des espaces de partage d’expériences. Il rassure aussi avec les avantages du numérique qui permettent de solliciter de nombreux professionnels à distance, “l’important étant de définir, suivant là où vous en êtes de votre projet, de quoi vous avez besoin en priorité et donc de qui. Là vous pourrez faire la bonne rencontre, avec la bonne personne, qui vous intégrera ensuite dans un réseau de professionnels”.

Deuxième rencontre : incarner son identité numérique

« Comment faire pour qu’un utilisateur se connecte émotionnellement à vous ? » 

Cette question posée en préambule de l’intervention de Marie Picard, formatrice en stratégies digitales (Les Ateliers Pixelle), va susciter beaucoup d’enthousiasme et de questions chez les participants. Elle introduit alors la notion d’identité numérique et la problématique de générer de l’attachement chez son public tout en restant sincère et en adéquation avec son discours.

Non sans ironie, un des musiciens qui n’a ni smartphone, ni grande envie de passer du temps sur les réseaux, demande comment s’adresser à son audience, n’y étant pas souvent. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, et c’est là tout l’art de manier la communication avec l’outil numérique, Marie lui répond : « Profite-en ! Parle-leur justement du fait que tu préfères passer du temps sans être connecté, tu toucheras ainsi ceux qui comme toi aspirent à ce mode de vie. Ils connaîtront tes habitudes, dont celle de ne pas être très présent sur la toile. » 

D’autres conseils sont ainsi donnés aux participants pour leur éviter des erreurs et mettre toutes les chances de leur côté pour faire adhérer l’auditeur à leur identité artistique, le challenge étant de maintenir son audience vivante.

Visuel Rencontre Pro.png

De l’importance de donner des repères à son public en passant par ce tremplin obligé de la promotion digitale qui semble superficielle de prime abord, on finit par trouver sa « niche » et lui donner de l’émotion, car c’est de ça dont il s’agit pour gagner son public.

Bénéfices en ligne... de mire

Au niveau de la SACENC, le directeur explique que depuis deux ans seulement, les artistes locaux commencent à percevoir des droits d’auteur émanant du téléchargement en ligne, des sommes encore modiques, “ce qui fait que l’on doit s’y intéresser, le streaming est en train de devenir la norme !”

Pour accompagner ce développement numérique de la filière musicale calédonienne, Alexandra Gardner, directrice du Poemart, expose le plan d’actions que les deux structures partenaires souhaitent développer. “Il s’agit tout d’abord de créer une dynamique auprès des créateurs de musique sur l’utilisation de ces outils, tant pour ceux qui sont déjà actifs, que pour ceux qui n’ont pas encore passé le cap, souvent parce qu’ils ne savent pas faire, comme le révèle l’enquête. Cela permettra par la suite de fédérer des contenus qui répondent aux nouvelles formes d’exploitation de la musique enregistrée et d’en faire une meilleure promotion à l’échelle internationale et sur les réseaux professionnels.” 

Ce travail auprès des créateurs commencera tout d’abord par un accompagnement personnalisé sur plusieurs mois d’un groupe pilote d’artistes, ponctué de nouvelles rencontres professionnelles. Les résultats de ces travaux seront ensuite présentés aux institutions avec pour objectif de les sensibiliser sur la nécessité d’accompagner l’ensemble des artistes professionnels. Mais pas que… Alexandra rappelle que tous les grands bassins culturels comme l’Asie, l’Afrique du Nord/Moyen Orient, l’Amérique du Sud ou encore les pays de l’Est ont leur propre plateforme qui héberge essentiellement des contenus musicaux répondant à des goûts ancrés culturellement et qui trouvent peu de public sur des plateformes classiques telles que Spotify, Deezer aux lignes éditoriales plus “mainstream”. Par contre, aucun support ne fédère la musique du Pacifique, actuellement noyée dans la masse de ces plateformes classiques et il y a là une véritable opportunité à saisir en termes de visibilité et donc de marché. La création d’une plateforme Pacifique permettrait de répondre aux goûts musicaux des populations du Pacifique, ainsi qu’une meilleure redistribution des droits d’auteur… Affaire à suivre !  

Partenaires

Nos contacts

C/O A.D.C.K - Centre culturel Tjibaou
Rue des Accords de Matignon 
Baie de Tina
BP 378
98 845 Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

Oui, j’accepte de recevoir cette newsletter ! Je comprends que je peux me désabonner facilement et à tout moment.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.