Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

Jean-Marie Ganeval

Arts plastiques
visuel
Avec une maman potière, un papa comédien, sensible à la poésie et passionné par la mécanique des voitures anciennes, comment Jean-Marie Ganeval pouvait-il échapper à la passion et au plaisir du beau ?

C’est ainsi qu’Il est venu à l’art par le dessin. Son enfance a été une longue suite d’observations, de traits, d’esquisses, de formes et de couleurs. Plus tard c’est dans les musées qu’il a saisi le volume en dessinant les sculptures des collections. Ce foisonnement en deux dimensions a vite été un frein à son envie de se relier aux espaces. La sculpture est venue par une suite de rencontres et de compagnonnages artistiques en France et en Nouvelle-Calédonie. Le premier déclic a eu lieu auprès du sculpteur Alain Jaquet, puis avec Vladimir Violette, un calédonien, dans un premier temps à Paris aux ateliers de la Glacière puis en Nouvelle-Calédonie. Une rencontre avec le sculpteur Dick Bone, lui ouvrit alors les portes du monde océanien et plus particulièrement de l’art de la statuaire kanak. Au début, Jean-Marie Ganeval par souci d’éthique était réticent. Dick Bone l’encouragea alors à dépasser ses limites en lui déclarant : « Tu vas voir c’est un passage en plus. Picasso, lui, il s’est inspiré des sculptures africaines et océaniennes ». Près de lui, pendant sept ans, s’est forgée la conviction que l’on peut être inspiré par des lignes ou des formes et faire évoluer sa création avec authenticité. 
S’il reconnait volontiers que l’on passe une vie à apprendre, aujourd’hui Jean-Marie Ganeval sent qu’il se rapproche de ce qu’il est. Ses œuvres reflètent ses imaginaires métissés. Il cherche à répondre à l’une de ses préoccupations : être dans une création qui soit une sorte d’écho de la vie, de la mort, et questionner notre présence sur la Terre mère.

 

Univers artistique

Jean-Marie Ganeval sculpte ce qu’il entrevoit du beau, de la vie, de la finitude, comme autant d’immersions dans un univers personnel et infiniment humain. 
L’art est une reconquête, chaque sculpture est un nouvel ordre non dogmatique, où la seule règle serait d’être dans une reformulation du sensible. Comme s’il en était le reporter il rend compte de vérités et de l’impalpable, en genèse et en esprit. Chaque œuvre est une nouvelle onde, une voie alchimique aux confins de ses rêves. 
Par son chemin de vie, il témoigne de notre besoin d’harmonie. La sculpture lui offre le moyen de construire des ponts entre des humanités dispersées.

Pour lui, le chaos est une sorte d’anachronisme esthétique qu’il essaie sans cesse d’apaiser et de canaliser. Dompter le désordre pour mieux restituer ce qui parait antagoniste, pour tordre le cou aux conventions car elles opposent plus qu’elles n’unissent. Rien n’est dit mais tout s’exprime par la voie des trois dimensions. 

L’œuvre questionne souvent, elle fait sens. Avec sincérité il offre des formes, des pleins, des déliés, des matières, des vibrations, qui sont autant lui que ce que nous sommes. Il voyage en quête de paix dans les sinuosités, les angles, les rondeurs et les creux qu’il façonne. A chacun d’y rechercher son miel.
Son art ne reformule pas, il exprime des sensations fugaces rencontrées à mesure. Cependant, il donne forme à un son éternel, comme un hymne aux symboles invisibles de la vie. De son passé de violoncelliste lui reste le désir d’une partition esthétique faite de rythmes, de sons intérieurs, de silences, et de rencontres entre des entités sculpturales et l’air qui nous enveloppe. Pour Jean-Marie Ganeval, « Une sculpture sonne ».
Le « sensible » revient souvent dans ses explications. Une recherche est à l’œuvre, celle du regard porté sur les origines, toujours aussi présentes en nous alors que notre univers n’entretient plus la même relation au temps. Retour aussi vers des fondamentaux qui entretiennent un rapport étroit avec les éléments. L’œuvre nait de la confrontation avec la matière. Elle la transcende. Ainsi, de geste en geste, il ressent une forte proximité avec ces longues lignées de sculpteurs, d’ici ou d’ailleurs, pour lesquels sculpter c’était aussi entrer dans un long apprentissage. Le maitre apprend toujours. L’instant est une bribe de patience.
Le bois, le métal forgé ou fondu, la terre, le plâtre, la pierre, transportent ses pensées. Pour l’artiste ils sont catalyseurs. Pour le regardeur, ils sont autant d’invitations à toucher, à voyager, à s’émouvoir, à se détourner aussi, cela arrive, mais toujours il se passe quelque chose, un entre-deux magique et sacré, qu’il faut entretenir et défendre. La vérité est celle qui vient du cœur, la métamorphose de la matière ne peut s’accomplir qu’à cette condition.
 « La forme c’est du fond qui remonte à la surface » dit-il, difficile équation dont le résultat ne le satisfait pas toujours. Mais chaque création est une nouvelle aventure, un processus incontournable issu de ses propres expériences. Ainsi, d’œuvre en œuvre, il lui semble se rapprocher de la condition humaine. Jean-Marie Ganeval a la sculpture au cœur et nous invite à voyager au cœur de ses œuvres. 

 

Rédigé par Henri Gama
©H.Gama

Biography

With his mother being a potter and his father a comedian fond of poetry and old car mechanics, how could Jean-Marie Ganeval not be passionate by beauty and enjoy it? He came to art through drawing. He spent his childhood observing, drawing, sketching, using shapes and colours. Growing up, it has been in museums that he embraced volumes, drawing sculptures from the collections he saw. This 2-dimensional creative abundance quickly became an obstacle to his crave for connection to 3-dimensional spaces. Sculpting came to him by meeting other artists and artistic collaboration in France and in New Caledonia. His first trigger was with sculptor Alain Jaquet, then with Vladimir Violette from New Caledonia, at first in Paris in the Glacière workshops and later in New Caledonia. Meeting sculptor Dick Bone opened the doors to Oceanian art, especially Kanak statuary art. Because of ethical reasons, Jean-Marie Ganeval was hesitant in using these techniques. Dick Bones encouraged him to go beyond his own limits by saying: “You’ll see, it’s a new passage. Picasso was inspired by African and Oceanian sculptures”. For 7 years, along Bone’s side, he gained confidence and came to believe that one could be inspired by shapes and lines, and authentically nurture one’s own creativity. Although he knows that he’ll constantly be learning, Jean-Marie Ganeval feels he is getting closer to his true self. His work showcases his cross-cultural imaginaries.  He aims at finding an answer to one of his main concerns: creating art that echoes death and life and question our presence on Mother Earth.

Jean-Marie-Ganeval---pirogue-des-échanges@J.M.Ganeval.-Web-.jpg
Pirogue des échanges - J.M.Ganeval

Artistic universe

Jean-Marie Ganeval carves what he perceives as beauty, life, finiteness, each work allowing us to dive into his personal and endlessly human universe. 
Art is like a new quest, each sculpture is a new non dogmatic order, where the only rule is to reinterpret sensibility. Just like a reporter, he accounts for truths and the invisible world. Each work is a new wave, an alchemical path into the deepest parts of his dreams.
Through his life’s path, he shows our need for harmony. Sculpture gives him the opportunity to build bridges between scattered humanities. For him, chaos is an aesthetical anachronism that he tries to calm down and channel. Taming disorder in order to better output what may appear as opposites at first, to break conventions because they separate more than they unite. Nothing is explicitly said but everything is expressed through the 3-dimension way.

His work often questions the viewer, it makes sense and is relevant. With honesty, he offers shapes, at times filled, other times loosed, which are representations of himself as well as the rest of us. He seeks for peace in the sinuosities, the angles, the round and hollow shapes he carves. There is something to be found for everyone.

His work does not rephrase, it expresses elusive sensations that Jean-Marie has encountered. However, it gives shape to an everlasting sound, like an anthem to the invisible signs of life. Being a former cellist, he still craves for an aesthetical score made of rhythms, inner sounds, silences, and encounters between sculptural entities and the surrounding air. To Jean-Marie Ganeval, “a sculpture sounds”. 

The idea of “sensitiveness” often emerges in his explanations. There is an ongoing research on the way we look back on our roots, still very vivid within us whereas our universe has changed its relation to time. It is also about going back to fundamental values which are closely intertwined with natural elements. The work comes from the artist confrontation with materials. They transcend it. Therefore, gesture by gesture, he feels a strong connection with the long lineage of carvers, here or abroad, who believed that sculpting also meant they were entering a life-long learning process. A master still learns. A moment is a snippet of patience.

Wood, forged or melted metal, dirt, plaster, stone, all carry his thoughts. To him, they are catalysts. For the viewer, they are invitations to touch, travel, be moved, as well as turn away from them, but there is always something happening, half sacred half magical, that needs to be preserved and nurtured. The truth comes from the heart, the materials can only be moulded at that condition.

“The shape is from the bottom buoying up to the surface” says the artist, a tough equation which result does not always satisfy him. But every new creation is a new adventure, an unavoidable process coming from his own personal experiences. Therefore, from work to work, he feels he is getting closer to human condition. Jean-Marie Ganeval holds sculpting close to his heart and invites us to a journey into the heart of his work.

Partenaires

Nos contacts

1, rue de la République,
Imm. Oregon, 5ème étage
98 800 Nouméa
Nouvelle-Calédonie
Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

Oui, j’accepte de recevoir cette newsletter ! Je comprends que je peux me désabonner facilement et à tout moment.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.