Tél: 28 20 74 Contactez-nous Rechercher

Rejoignez-nous! facebook Youtube Soundcloud

Le Wetr

Danse
visuel
Depuis son retour à Lifou en 2015, après un an de formation au Conservatoire national de danse de Paris, Jean-Georges Drengen Hnamano, reprend la troupe du Wetr en main. Fils de l’un de ses fondateurs, Umuissi Hnamano, il propose en avril 2015 son premier spectacle Xötr, avec cette troupe de Lifou au centre culturel Tjibaou. En 2017, quatre danseurs de la troupe du Wetr sont invités par le centre culturel de Vancouver au Québec pour participer au festival Canada 150 Cap sur le Pacifique.

Enfant lors de sa création en 1992, Drengen Hnamano se souvient qu’ «à l’origine, la troupe du Wetr a été fondée par le Grand Chef pour apaiser les tensions politiques qui minaient les tribus après les “événements” ». Plus pacifiquement, Paul Sihaze répond aussi à l’appel de l’Agence de développement de la culture kanak qui arpentait le pays pour composer une délégation kanak et représenter la Nouvelle-Calédonie lors du 6e festival des arts du Pacifique aux îles Cook la même année. « La politique divise mais la culture rassemble », scande Joseph Umuissi Hnamano, un des pionniers de la troupe. Près de vingt-cinq ans plus tard, la bande a laissé de côté ses enjeux politiques et l’association du Wetr est désormais un manifeste en faveur de la culture traditionnelle, tant en musique et danse qu’en cuisine et médecine. Dans les pas des – toujours actifs – anciens, de nouvelles têtes assurent la relève. La troupe du Wetr Kreation, fondée en 2008 par de plus jeunes danseurs du Wetr « exilés » à Nouméa pour les études, apporte un nouveau souffle tout en poursuivant la mission originelle de diffuser la danse traditionnelle à l’international. La troupe du Wetr ou « le passeport pour l’ailleurs », comme l’appelle Jean Hnamano.

Le Wetr et la danse contemporaine

Fils d’Umuissi, le premier chorégraphe de la compagnie, Drengen Hnamano fait partie des anciens du Wetr K, cette nouvelle matière grise qui a entamé un questionnement de l’art traditionnel et le soumet à une « re-kréation ». « Traiter de la tradition au travers de conceptions d’aujourd’hui, c’est cela ma conception du mot “contemporain, explique le jeune artiste. Dans Xötr, mon premier spectacle, j’aimerais montrer l’évolution de la troupe du Wetr depuis ses débuts. Les danseurs avancent avec leur temps et proposent une réinterprétation des gestes, sans pour autant en retirer leurs symboliques sacrées ».

Jean-Georges Drengen Hnamano

Dès 2009, Drengen est à bonne école. Avec la bande du Wetr K, il travaille au spectacle Very Wetr avec la chorégraphe Régine Chopinot. Elle deviendra sa tutrice lorsque le jeune homme s’envole pour Paris en 2014 suivre une formation au Centre national de la danse. Il revient à Lifou, diplômé, après une seule année de cours. «  Grâce à mes acquis en danse traditionnelle avec le Wetr, j’ai pu progresser assez vite dans l’apprentissage du contemporain et surtout proposer une fusion qui a beaucoup plu au jury : une réinterprétation des danses des vieux dans un langage d’aujourd’hui. » Trois danseurs du Wetr K s’étaient lancés dans cette aventure et deux sont rentrés diplôme en poche, prêts à assurer la pérennité de la troupe, un œil en arrière pour veiller à la tradition, un pied en avant pour toujours aller vers demain

Xötr, mais encore ?Lors d’un difficile exercice de traduction entre des concepts pensés en drehu et exprimés en français, Drengen Hnamano tente d’expliquer la signification de Xötr, titre de sa nouvelle pièce. « C’est un mot qui a beaucoup de significations ! Pour le spectacle, on a choisi le sens de “génération”. Mais on peut aussi l’entendre comme quelque chose qui prend de l’ampleur, comme un coco qui tombe à côté de l’arbre et qui va pousser

Le Wetr(c)Marc Le Chélard 2017.png
Marc Le Chélard

Compliqué est aussi de savoir qui danse dans ce spectacle, car on retrouve désormais sous le nom du « grand » Wetr, des interprètes de la « jeune » formation Wetr K. Mais finalement peu importe, car Jean-Georges est loin de s’être focalisé sur le casting. « J’ai proposé le planning de création et des diffusions aux danseurs et ceux qui étaient dispos participent au projet. Car ce n’est pas tant la technique qui m’intéresse, mais l’interprétation des gestes par chacune de ces personnalités. » Les répétitions, qui ont lieu à Lifou, sont particulièrement participatives : « Au départ, je demande aux treize danseurs de réfléchir sur le sens du mot xötr. Ensuite, ils mettent leurs idées en mouvement et je n’interviens que pour améliorer les enchaînements, quelques détails techniques et ajouter une dose de danse contemporaine ».

Le Wetr : historique

Dès sa création en 1992, le Wetr se produit dans plusieurs festivals dans le Pacifique et en Europe, ambassadeur de la danse kanak traditionnelle. À la toute fin des années 1990, la troupe présente Ziethel et Hotr, deux prestations désormais chorégraphiées pour la scène, ajoutant une trame narrative aux motifs dansés.

En 2002, la troupe célèbre ses 10 ans avec la nouvelle pièce Kapa.

2008, le Wetr Kreation entre en piste et fort des acquis des vieux, s’associe avec la chorégraphe Régine Chopinot pour Very Wetr. Ce spectacle de danse traditionnelle et contemporaine s’envole pour le festival d’Avignon en 2012 et assoit définitivement la haute maîtrise du district en matière de fusion artistique. En 2013, Dröhne Pahatr est présenté lors du festival Waan Danse au centre culturel Tjibaou. L’année suivante, la troupe dévoile Trenge Ewekë, une création de Husa Angexetine, une des étoiles montantes de la compagnie.

Partenaires

Nos contacts

1, rue de la République,
Imm. Oregon, 5ème étage
98 800 Nouméa
Nouvelle-Calédonie
Tél: +687.28.20.74
Accueil du public sur RDV

Inscription newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour toujours plus d'infos !

Oui, j’accepte de recevoir cette newsletter ! Je comprends que je peux me désabonner facilement et à tout moment.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

randomness